L'oeil qui rendroit le plus barbare apris. Le concept de mélancolie dans la rencontre des arts visuels, la musique et la poésie renaissants en France

16e - 18e

Type de thèse
Date de soutenance 
17 Octobre 2013
Jury 

Président : M. Bruno PETEY-GIRARD (Université Paris 12)
Membres
MME Marie-Christine GERAUD-GOMEZ (Université Paris 10)

Sous la direction de 

Olivier Millet

Doctorants
RANGEL ANGULO
Résumé 

La thèse l’œil qui rendroit le plus barbare apris comprend un effort pour analyser les aspects de la
rencontre de la poésie, des arts visuels et de la musique de la renaissance française. pour atteindre notre
objectif, nous nous servirons de l'histoire et de la philosophie. ainsi notre approche sémiologique et en
même temps humaniste apportera un tout nouveau regard sur les premières œuvres de la modernité en
France. notre étude commence par la poésie de Pétrarque mais met l'accent sur l’œuvre de jean lemaire de
belges, pierre de Ronsard, Joachim du Bellay, Michel-Ange (poésie et peinture), Étienne Jodelle et bien
d'autres. quant aux peintres, nous analyserons les tableaux de l'école de Fontainebleau, Jean Fouquet et Jean
Clouet. de plus il s'avèrera profitable d'ajouter les images qui se trouvent dans les enluminures de l'époque.
cette thèse s'enrichira avec les bâtiments renaissants français et la chanson de l'époque. les traités de
peinture, architecture et poésie de cette époque nous aideront à mieux comprendre l'importance et la
signification des formes, couleurs et thèmes, et aussi la relation qui existe entre les arts et la poésie de
l'époque. a partir de la lecture des traités on peut apercevoir que l'humanisme joue un rôle déterminant dans
le développement de la poésie, des arts visuels et même de la musique.

Directeur de thèse 
MILLET