L'Année Baudelaire, n° 17

2015

Avant-propos, par Luca Pietromarchi

Baudelaire et la « valeur dormante ». Sur Le Guignon, par Francesco Orlando

Lecture de Franciscae meae laudes, par Giampietro Marconi

Avatars du Temps dans Les Fleurs du mal, par Mario Richter

La poésie dans les rues. Lecture d’À une passante, par Antonio Prete

Une Béatrice pour Baudelaire, par Massimo Colesanti

Baudelaire et la ligne qui danse, par Luca Pietromarchi

Le confiteor du peintre, par Luca Bevilacqua

Sens du regard et construction identitaire. Sur Les Fenêtres, par Andrea Del Lungo

Décadence et crépuscule. Le soleil couchant dans l’œuvre critique de baudelaire, par Andrea Schellino

Comment on acquiert du génie… quand on a des dettes, par Francesco Spandri

Céline lecteur de Recueillement, par Valerio Magrelli

« Sans rythme », par Gianfranco Contini

Autour de la publication des Oeuvres posthumes (mai 1887-août 1888), par Catherine Delons

Un post-scriptum inédit et « grossier » dans une lettre de Baudelaire, par Antoine Compagnon