umr 8599

du cnrs et

de l'université

paris-sorbonne

 

agario
- telefonda sex erotik sohbet sex sohbet telefonda sex

 

Dictionnaire des anti-Lumières et antiphilosophes (France, 1715-1815)

2017
Edition 

Honoré Champion

Auteur 

Édité sous la direction de Didier Masseau et coordonné par Laurent Loty, avec la collaboration de Patrick Brassard et Jean-Noël Pascal
 

 

Didier MASSEAU est professeur émérite à l’Université de Tours.

 

Il a publié entre autres ouvrages : L’invention de l’intellectuel dans l’Europe du XVIIIe siècle (PUF), Les ennemis des philosophes (Albin Michel) et Une histoire du bon goût (Perrin). Il a codirigé l’Inventaire Voltaire (Gallimard) et dirigé Les marges des Lumières (Droz).

Patrick BRASART, maître de conférences en littérature française à l’Université Paris 8, travaille sur l’éloquence et la rhétorique au XVIIIe siècle.

Laurent LOTY, chercheur au CNRS, est historien de la littérature et des idées scientifiques et politiques.

Jean-Noël PASCAL, professeur à l’Université Toulouse 2, travaille sur de larges pans oubliés de la littérature du XVIIIe siècle.

 

Ce dictionnaire ne vise pas à réhabiliter les esprits hostiles aux Lumières, mais à dresser le bilan le plus étendu possible des courants de pensée et des individus qui se sont opposés aux mouvements philosophiques et plus largement aux Lumières, souvent pour des raisons religieuses, mais aussi dans des conflits multiples impliquant des luttes pour la reconnaissance symbolique et la conquête du pouvoir intellectuel.

Philosophes, historiens du droit, de la religion ou de la littérature contribuent ici à une histoire culturelle et croisent histoire des idées philosophiques et sociologie des écrivains, à travers des entrées par thèmes, auteurs, journaux et oeuvres. Les mouvements étrangers sont abordés quand leur influence sur les positions françaises semble décisive.

Sans nier la présence forte de mouvements hostiles aux philosophes, ce dictionnaire met au jour l’existence fréquente de passerelles entre les
Lumières et les anti-Lumières. Ce sont alors les Lumières elles-mêmes qui s’en trouvent complexifiées, prises en étau entre un radicalisme athée et matérialiste que de nombreux philosophes récusent, et une mouvance demeurée religieuse, mais tendant, par divers moyens, à se rapprocher du nouvel esprit philosophique.