umr 8599

du cnrs et

de l¯universitê

paris-sorbonne

 

Henri Bergson et les lettres françaises, de 1890 à 1940

19e - 21e

Clément Girardi soutient sa thèse à 14 heures,

Maison de la Recherche, salle D223, 28 rue Serpente, 75006 Paris

Type de thèse
Date de soutenance 
21 Juin 2018
Jury 

M. CLEMENT ( PARIS 8 )
M. COMPAGNON ( Coll de FR )
M. MURAT ( Sorbonne U )
M. WORMS ( ENS PARIS )

Sous la direction de 

Didier Alexandre

Doctorants
GIRARDI
Résumé 

Nous considérons quelques écrivains et critiques littéraires chez qui la lecture de la philosophie d’Henri Bergson, du vivant de celui-ci, a fait naître une réflexion intense et rigoureuse quant à sa signification et à son avenir. Charles Péguy, Marcel Proust, Jacques Rivière, Albert Thibaudet et Jean Paulhan – l’antibergsonien Julien Benda leur servant de contrepoint – éprouvent la nécessité de contester la quiétude de Bergson ou la manière qu’il a de refermer son problème. Ils restent néanmoins fidèles à ce problème, apparaissant dès lors surtout soucieux de recommencer le bergsonisme, de repartir de sa table rase. Bergson leur semble trahir inconsciemment ses propres principes : soit qu’il échoue à faire attention aux découpages propres du réel et qu’il cède à de faux problèmes, soit qu’il cède plutôt à de fausses solutions et laisse ses lecteurs dans l’incertitude, initiant malgré lui une « crise de la durée ». Ils ont le sentiment de pouvoir être bergsoniens mieux que Bergson, indissociablement avec et contre lui. Il leur semble surtout que l’accomplissement du bergsonisme comme philosophie ne puisse se faire que dans une oeuvre de littérature : soit qu’ils trouvent dans Bergson une théorie inattendue de l’urgence d’écrire, soient qu’ils voient dans la littérature, notamment romanesque, la réalisation vraie de l’intention
bergsonienne, ou le moyen d’atteindre une philosophie enfin durable. L’heure n’est plus à mettre la vérité du morceau de sucre dans sa dissolution, mais bien à laisser l’eau du temps gonfler les arêtes de la fleur de papier japonais – et refaire d’elle l’occasion de retrouvailles, de soi avec soi et de soi avec tous les autres.

Directeur de thèse 
ALEXANDRE